Rencontre sur la réforme territoriale et ses conséquences en Essonne

Retour sur la rencontre lecture publicque et réforme territoriale en Essonne organisée par Mediabib91 le 10 décembre 2015.

1) Intervention de Dominique Lahary : La réforme territoriale « Périmètres, compétences, devenir des personnels : où en est-on ? ».

Le slideshire

 

2) Présentation de la réforme et ses conséquences en Essonne : Médiabib91 / Bibliothèque Départementale de l’Essonne

Mme Benichou rappelle que la Bibliothèque départementale de l’Essonne (BDE) dessert 163 bibliothèques réparties sur 196 communes, et que 31 nouveaux équipements ont ouvert entre 2001 et 2014. Une dizaine de projets sont prévus pour les années à venir.

Actuellement, l’Essonne compte 7 EPCI ayant retenu la compétence culturelle :

* La CALPE

* La CAPS

* La CAVY

* La CAECE

* La CC de l’arpajonnais

* La CC Etampes Sud Essonne

* La CAVO

L’infographie disponible sur le site de la BDE témoigne de la dynamique positive qui caractérise notre département.

Chiffres du réseau de la BDE en 2014

Pour les années à venir, la BDE prévoit de travailler selon 2 grands axes : le conventionnement et la ruralité.

3) Présentation : les réseaux de lecture publique actuels en Essonne

 

Carine Auguste présente le réseau de la CAPS, qui regroupe 15 médiathèques pour 10 villes (sauf Vauhallan) et 120000 habitants. Le transfert s’est étalé entre 2007 et 2015. Aujourd’hui, ce réseau composé de 74 agents réalise 800000 prêts par an, pour 464000 documents. Parmi les services proposés : carte unique (le public seul se déplace), ressources numériques, gratuité, SIGB et portail commun. En projet : politique documentaire commune et meilleure mutualisation des moyens.

Julienne Debarge représente la communauté d’agglomération Europ’Essonne. Les médiathèques ne sont pas transférées, mais elles travaillent en réseau depuis 2013 grâce à une forte volonté politique (demande du DGA de Villebon sur Yvette). Cela concerne 15 médiathèques, pour 14 villes regroupant 150000 habitants environ. 3 à 5 réunions sont organisées chaque année. Depuis octobre 2014, les médiathèques répondent à une commande politique concernant des projets de mutualisation, autour de l’action culturelle notamment. C’est ce qui a donné lieu à l’action de grande envergure E-Cub. Autre projet en cours : portail numérique commun (les médiathécaires sont force de proposition).

Sylvette Tyl présente la CAVO, qui regroupe 12 médiathèques réparties sur 10 villes. Le transfert total a eu lieu en 2011, il a d’abord concerné l’action culturelle et le portail commun. Un travail en commun avait été fait depuis 2004 avec les Chemins de lecture, action qui regroupait les bibliothèques de la CAVO. Depuis, une charte commune a été rédigée actant le principe de la gratuité, un programme de construction basé sur le 3ème lieu a été entamé (jusqu’en 2019), le prêt entre bibliothèques est possible grâce à des navettes quotidiennes (y compris pour les documents disponibles en rayon), une charte d’accueil des classes a été rédigée, de nouvelles ressources sont mises à disposition du public (liseuses, ressources numériques, jeux vidéo, tablettes), le WIFI est installé sur tous les sites, et le portage à domicile s’est étendu à l’ensemble du réseau. Depuis 2012, les médiathèques de la CAVO travaillent à une politique documentaire commune. L’organisation fonctionnelle du réseau repose sur une coordinatrice du réseau, un collectif de direction (composé des directeurs des établissements du réseau) et de nombreux groupes de travail transversaux.

Isabelle Defert présente la CAVY. L’agglomération date de 2003, mais les médiathèques ont connu un transfert très rapide en 2009. 6 villes sont concernées. Le réseau est notamment engagé dans des programmes de rénovation, voire de construction (par exemple, Brunoy va doubler sa surface d’ici 2017) et des actions culturelles communes (Fête de la science et Salon des illustrateurs et du livre de jeunesse, notamment). L’organisation fonctionnelle repose sur la coordination, les équipes se connaissent bien et se forment mutuellement… La mise en réseau informatique est en cours.

Renaud Fouldrin présente le réseau d’Evry Centre Essonne, qui regroupe 9 médiathèques réparties sur 6 villes. Il s’agissait d’abord d’un SAN. Le transfert total est effectif depuis 2003. Parmi les services proposés : carte unique, gratuité pour les habitants et les personnes travaillant sur l’agglomération, SIGB commun, actions culturelles communes organisées semestriellement, ressources numériques partagées, navette. Le réseau est organisé comme suit : un directeur de réseau, un service commun pour l’action culturelle parallèlement au développement de partenariats locaux, un service informatique, un responsable par médiathèque. En 2015 a été entamée une réflexion sur une nouvelle territorialisation des médiathèques, selon laquelle les responsables de médiathèques de taille moyenne suivraient aussi les petites médiathèques.

Anne Chaufour présente le réseau des Portes de l’Essonne, qui rejoindra le Grand Paris en 2016. Le transfert s’est fait en plusieurs étapes : en 2006, 5 médiathèques ont été transférées (celles d’Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge et Paray-Vieille-Poste). Elles ont adopté un catalogue commun en 2008, et le principe de la gratuité pour les habitants du territoire, étendue depuis 2015 aux personnes y étudiant ou y travaillant. En 2013, les villes de Morangis et Savigny-sur-Orge ont rejoint la CALPE. Le réseau regroupe donc, aujourd’hui, 7 médiathèques pour 7 villes. Parmi les services proposés : une navette 3 fois par semaine pour la circulation des documents, des boîtes de retour, des ressources en ligne, un catalogue et un portail communs, des actions culturelles coordonnées. Il y avait avant un directeur du réseau et un comité de direction de 7 personnes ; il n’y a plus maintenant que 3 catégories A.

Marie-Aude Rusterholtz présente la Communauté de communes de l’Arpajonnais, qui regroupe 12 bibliothèques desservant 14 communes, et dont 2 ont été transférées en 2014 (Saint-Germain-lès-Arpajon et Lardy). Ce réseau très hétérogène et informel fonctionne de façon assez « artisanale ». Il s’appuie sur une coordinatrice chargée de la lecture publique (également responsable du salon du livre jeunesse) et est d’abord parti d’une volonté de travailler ensemble autour de l’action culturelle. En 2016, un portail commun est prévu pour les médiathèques de Lardy et Saint-Germain. Mais la commune de Lardy va quitter l’Arpajonnais pour la communauté de communes Entre Juine et Renarde.

matinée mediabib

4) Table ronde modérée par Amandine Rochas : L’impact de la réforme sur les médiathèques essonniennes

Le 1er janvier 2016, La CALPE et Viry-Châtillon intègreront le T12, sans qu’on sache encore quelles compétences seront transférées. Les autres médiathèques de ce futur EPT sont communales, ou en réseau moins intégré que celles de la CALPE, qui aura encore la possibilité, dans un premier temps, de conserver son fonctionnement.

La CAPS et Europ’Essonne fusionneront avec Wissous et Verrières le Buisson pour former Paris-Saclay, qui conservera la compétence culturelle et aura 2 ans pour déterminer si les 33 médiathèques seront intégrées, ou certaines seulement. L’enjeu est de trouver un mode de gouvernance adapté à cette nouvelle situation : comment assurer la circulation des documents et organiser une politique documentaire commune sur un territoire aussi vaste ? La réponse est probablement d’organiser le territoire en fonction des bassins de vie qui le constituent.

La CAVO et l’Arpajonnais fusionneront. La première étape est de faire connaissance, pour que le premier réseau, qui est le plus structuré, absorbe l’autre en douceur. Marie-Aude Rusterholtz souhaite que chaque réseau garde sa personnalité dans un premier temps, travaille sur des projets communs puis fasse un bilan sur lequel s’appuyer pour déterminer les compétences de chacun.

Evry Centre Essonne fusionnera avec Grigny, Sénart et Seine Essonne. Pour ce réseau, cela signifie passer de 6 villes à 24, soit 330000 habitants et 26 médiathèques. L’échelle ne sera plus du tout la même et, les médiathèques d’Evry Centre Essonne constituant le seul réseau intégré de la future agglomération, les 17 autres ont fait part de leurs inquiétudes et de leur souhait de ne pas perdre le niveau de proximité qui est le leur. « Le réseau doit rester un outil intercommunal au service du local ».

La CAVY fusionnera avec les villes de Vigneux, Montgeron et Draveil.

Anne Chaufour demande dans quelle mesure les communes essonniennes qui « sortiront » du département (en rejoignant le Grand Paris dont le siège sera dans le Val-de-Marne) pourront continuer à utiliser les services de la BDE. Mme Bénichou assure que la BDE continuera à assumer son rôle auprès de ces communes.

Flora Gousset conclut l’échange en remerciant les intervenants pour leur participation, les médiathèques d’Evry Centre Essonne pour leur accueil et la BDE pour son soutien logistique.

Publicités